Jeux sans frontières | JSfnet.fr

Tout sur l'émission "Jeux sans frontières"

.

OLIVIER MINNE, présentateur français en 1997

18 mar 2011 • Catégorie(s) : Portraits

Olivier Minne

Lorsqu’il quitte sa Belgique natale pour Paris en 1988, Olivier Minne n’a qu’un seul objectif : devenir comédien. C’est pourtant la télévision qui lui tend les bras : une belle carrière d’animateur l’attend !

Plus d’infos sur Olivier : cliquez ici pour découvrir tous les articles de JSfnet.fr qui lui sont consacrés

Olivier Minne est né le 18 mars 1967 à Ixelles en Belgique. Son baccalauréat de philosophie en poche, il s’inscrit à l’université de droit puis de lettres classiques. Pour financer ses études, il est pigiste au sein de la rédaction du magazine Pourquoi pas ? (devenu Le Vif/L’Express) et devient homme à tout faire, puis assistant cadreur sur RTL-TVI de 1986 à 1988.

Roger Simonini, ancien participant (capitaine de l’équipe belge d’Uccle en 1977) et juge de  »Jeux sans frontières » devenu producteur à la télévision belge, se souvient des modestes débuts d’Olivier : « Olivier Minne était « porteur de câble » dans l’émission « Coups de dés », dont j’étais l’un des deux concepteurs, avec André Lange, qui a été responsable international des « Jeux sans frontières ». Olivier s’amusait à éditer un petit journal pour l’équipe, super bien écrit, et André Lange lui a conseillé de se lancer dans la journalisme, la communication ou de devenir présentateur… et c’est comme cela qu’il arriva à Paris, et obtint le succès qu’on sait.« 

En décembre 1988, Olivier Minne quitte sa Belgique natale et s’installe à Paris avec un objectif bien précis : devenir comédien. Son échec au concours du Conservatoire l’amène à postuler pour des petits boulots auprès de différentes chaînes de télévision. C’est ainsi qu’en janvier 1990, il est recruté par Antenne 2 comme aide administratif occasionnel : il trie les archives et range les cassettes. Après un passage à la rédaction, il se retrouve au service communication. La célèbre Jacqueline Joubert le remarque et décide, au bout d’une semaine d’essais, de l’engager comme speaker (le premier en France !), poste qu’il occupe de mars 1990 à avril 1993. La carrière de présentateur d’Olivier Minne est lancée !

En 1991, FR3 lui confie l’animation des émissions collège du CNDP destines à décrypter les images de la télévision et à donner à de jeunes collégiens les outils nécessaires pour regarder la télévision en toute lucidité. La même année, Olivier Minne prend en charge l’animation de plusieurs programmes pour les enfants (« Génies en Herbe », « Les Mondes Fantastiques », toujours sur FR3, jusqu’en 1993).

Après un bref passage sur Canal +, il rejoint France 2 et intègre l’équipe du programme matinal « Matin bonheur » comme journaliste-chroniqueur. Il en devient le présentateur de 1994 à 1997 : l’émission fait un bond en audience de 25% de parts de marché à 40% les deux premières années ! Le programme maintiendra sa position dominante avec 35% de parts d’audience. Parallèlement, il assure aussi la présentation de nombreuses émissions sur France 2 : « Farce Attaque », le jeu « Le choix gagnant » ou encore le Concours de l’Eurovision (son ton décalé lui vaudra d’ailleurs d’être convoqué, l’U.E.R. appréciant fort peu ce genre de liberté !).

En mai 1997, Olivier part pendant 3 semaines pour la Hongrie et le Portugal. Il prend en effet tout l’été les commandes, en duo avec Jean Riffel, des nouveaux « Jeux sans frontières » de retour sur France 2. Pendant ce temps, Marie-Ange Nardi assure l’intérim. C’est d’ailleurs elle qui le remplacera la saison suivante à la tête de l’émission matinale, rebaptisée « Les beaux matins ». A la rentrée, il présente et co-produit « Le Cercle de Minuit », émission culturelle diffusée – comme son nom l’indique – en troisième partie de soirée. Il devient l’été suivant le présentateur des « Nouveaux Mondes », émission d’aventure et d’exploration scientifique.

A la rentrée 1998, il quitte le service public et débarque sur TF1 à la tête de l’éphémère divertissement « Attention, les enfants regardent ! ». L’arrêt brutal de l’émission (après 3 numéros) met un terme à la parenthèse TF1 et c’est sur des chaînes moins exposées qu’Olivier retrouve une présence régulière. En 1999, il devient le Monsieur cinéma de la chaîne câblée 13ème Rue. L’année suivante, on le retrouve sur La Cinquième, avec « Les écrans du savoir », aux côtés d’Élizabeth Tchoungui.

De retour sur France 2, il fait également épisodiquement partie des « maîtres-mots » de « Pyramide » avant de prendre les commandes du jeu « La cible » en 2003 et de succèder à Patrice Laffont et Jean-Pierre Castaldi à la présentation de « Fort Boyard », secondé par Sarah Lelouch (2003-2005) puis Anne-Gaëlle Riccio dès 2006, avec qui il a déjà présenté « Télépiège » sur TF6. France 2 lui confie successivement deux émissions, « Un monde presque parfait » (2006) et « 60 secondes pour rire » (2007), qui, compte tenu des mauvais scores d’audience quotidiens, sont rapidement déprogrammées.

Indétrônable « maître du Fort » (même s’il assure n’être chaque année rappelé qu’au dernier moment par la chaîne), Olivier Minne présente également quelques émissions en première partie de soirée sur France 2, dont « Les Femmes à l’honneur », « La nuit des records », « La Fête de la musique » (2007, 2008 et 2009), des hommages à Pascal Sevran et Jacques Martin, « La nuit du Ramadan » (2008) ou encore « Les 30 ans du Loto » (2008).

En 2010, il est aux commandes du jeu d’aventures belge « Mercator », diffusé le mardi soir sur RTBF la Une. Il poursuit par ailleurs sa collaboration sur TF6 lors d’émissions spéciales comme « La nuit de la fausse pub », « La nuit de la bande-annonce », « Le match musical V.I.P. », « La nuit de la baston »… avec Anne-Gaëlle Riccio, ou encore « Professions à risques ».

En novembre 2010, il est appelé par France 3 pour succéder à Stéphane Bern à la tête de « Tous vos amis sont là… » et inaugurer l’émission humoristique « Ma ville en rire ». En janvier 2011 toutefois, il renonce à ces nouvelles émissions au profit de France 2 qui, en complément d’une nouvelle saison de « Fort Boyard », lui promet de nouvelles émissions.

L’autre Olivier Minne…

Le producteur. Olivier Minne est aussi à l’origine de productions ambitieuses. En 2005, il parvient ainsi à faire jouer les animateurs de France 2 dans l’adaptation de la pièce de Feydeau « Un fil à la patte » (lui-même joue le rôle de Jean). L’année suivante, il réédite l’opération avec l’opérette « Trois jeunes filles nues », suivie par plus de 4 millions de téléspectateurs. En 2007, il produit, avec sa propre structure de production cette fois (Olivier Productions), un téléfilm avec les animateurs de France 2 adapté des Contes de Grimm et Perrault, « Trois Contes Merveilleux ». Toujours pour France 2, il produit également une pièce de Feydeau, « La Dame de chez Maxim » enregistrée au Théâtre des Variétés sous une mise en scène de Francis Perrin.

Olivier est également producteur de musique. Il a ainsi produit en 2009 l’album de « Mademoiselle Maya ».

Fidèle à ses premières amours, le comédien. En 1997, il donne la réplique à Marc Hollogne dans sa pièce « Marciel monte à Paris ». Il fait une apparition dans la série « Un gars, une fille », où il incarnait un copain de Jean dans quelques épisodes, aux cotés de Alain Bouzigues. En 2004, il décroche un rôle dans le film « Les Parisiens » de Claude Lelouch.

On le retrouve par la suite au casting de plusieurs séries télévisées (un chirurgien dans « SOS 18″ sur France 3, un professeur de tennis dans « Section de recherches » sur TF1…). En 2009 et 2011, il campe un chroniqueur judiciaire dans « À tort ou à raison », sur la RTBF et France 3. En 2011, il apparaît en guest-star dans la saison 2 des « Semaines de Lucide » pour Série Club.

Auteur : Claudia Craig, avec Sébastien Dias.

Tags :

Portraits > les derniers articles

Laisser un Commentaire